Un appartement à Paris de Guillaume Musso

by - 13:01

Paris, un atelier d'artiste au fond d'une allée verdoyante. Madeline, une ex-flic londonienne, y est venue pour panser ses blessures. Gaspard, un auteur misanthrope, l'a loué pour écrire dans la solitude.  À la suite d'une méprise, ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques temps. Dans l'atelier, où plane encore le fantôme de l’ancien propriétaire, Madeline et Gaspard vont mettre au jour un secret terrifiant. Et cette découverte glaçante va les forcer à affronter leurs propres démons dans une enquête vertigineuse qui les changera à jamais.
Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de Guillaume Musso. C'est pourtant un auteur que j'ai beaucoup lu et adoré, mais j'ai aussi été déçue par certains de ces livres et j'ai plus ou moins arrêté de le lire. Et aller savoir pourquoi, ces derniers temps, après une longue période sans arriver à terminer un seul livre, je me suis replongé dans un de ces romans et je l'ai dévoré. Comme à la belle époque. Avec ce roman, on reste dans le monde des enquêtes de ces derniers romans tout en retrouvant les surprises de ces premiers écrits.

Ici nous suivons l'histoire de Gaspard, un écrivain à la recherche de sa prochaine histoire et celle de Madeline, une ancienne flic. Sur un quiproquo, tous deux vont se retrouver à cohabiter dans le même appartement et vont être amener à enquêter sur l'histoire de l'ancien propriétaire, un artiste mondialement connu mais à la vie sombre et tragique.

« La véritable caractéristique de l’enfer, ce n’est pas les souffrances qu’on vous y fait subir. La souffrance est banale, inhérente à l’existence. Depuis sa naissance, l’être humain souffre partout, tout le temps, pour tout et pour rien. La véritable caractéristique de l’enfer, outre l’intensité de vos souffrances, c’est surtout que vous ne pouvez pas y mettre fin. Parce que vous n’avez même plus le pouvoir de vous ôter la vie. »

J'ai particulièrement apprécié le fait de retrouver un personnage que l'on connaît déjà. Madeline apparaît déjà dans L'appel de l'ange, un ancien roman de Musso. Après une descente aux enfers, elle tente de reprendre sa vie en main, et sa rencontre avec Gaspard va chambouler tous ses plans. J'ai aimé ce duo de personnage et j'ai adoré l'histoire. Cette enquête, d'abord pour retrouver des tableaux puis ensuite, pour trouver des réponses bien plus sombres qu'il n'y paraît m'a tenu en haleine tout le long. J'ai retrouvé le plaisir de lire et ce besoin irrationnel de lire pour connaitre le dénouement d'une histoire.

Et comme à son habitude, Musso nous offre une fin intéressante. Alors certes, il nous a déjà offert des fin plus stupéfiante et inattendue, je pense notamment à Parce que je t'aime qui m'a vraiment surprise mais cette fin ne me déçoit pas pour autant. L'ensemble reste cohérent et l'histoire a été très plaisante  à lire. On tourne les pages sans s'en rendre compte. On se laisse entrainer dans l'intrigue, on cherche avec les personnages à décrypter les indices et on essaie de deviner vers quelle fin nous entraine l'auteur. Si vous aimez les personnages attachants au passé tourmenté à la recherche d'une certaine délivrance, vous allez aimer le duo de choc que forme Madeline et Gaspard.

« Mais à partir d'un certain degré d'horreur et de barbarie, le sens et la rationalité n'étaient plus des outils performants pour décrypter les comportements humains. »

En bref, ce n'est pas mon roman préféré de Musso, mais il fait parti de ceux que j'ai vraiment apprécié de lire. Et il m'a sorti d'une panne de lecture de plus d'un an, alors rien que pour ça, je m'en souviendrai ^^


You May Also Like

0 commentaires