Les égarements du coeur, Marie-José Aubrycoin

AUTEUR : Marie-José Aubrycoin
ÉDITEUR : Librinova
DATE DE PARUTION : 2016
NOMBRE DE PAGES : 337

Quand Marie sort du couvent du Sacré-Coeur de Jésus où elle a passé toute son enfance, elle a seize ans et son éducation est achevée. Comme toute jeune femme au XVIIIe siècle, elle doit désormais être présentée au monde, et trouver un époux honorable. Dès ses premières soirées parisiennes, Marie tombe amoureuse d'un bel inconnu au charme mystérieux. Mais il n’est pas celui qu’on lui destine. Le père de Marie s’est en effet entendu avec un ami, le Comte de Guénédal pour qu'elle épouse son fils, Loïc. Désespérée, Marie tente tout ce qu’elle peut pour échapper à son destin forcé. Parviendra-t-elle à se libérer du mariage qui lui a été imposé et à rejoindre un jour l'élu de son cœur ? L'homme qu'elle aime est-il vraiment si différent des autres ? Au travers des lettres que Marie échange avec ses proches, nous découvrons toutes les péripéties de son histoire, entre espoirs, tentations, déconvenues et trahisons. Prise dans un conflit de loyautés, Marie devra lutter pour conquérir son indépendance et défendre son droit au bonheur.

Je remercie NetGalley et les éditions Librinova pour m'avoir donné la chance de découvrir ce roman et cet auteur.

Les romances historiques est un genre que j'aime beaucoup lire. Le changement d'époque, de mœurs permet un total dépaysement et ici, le côté épistolaire apporte un petit plus. On se retrouve plongé au cœur du 18e siècle, avec le langage et les coutumes de l'époque.

Dans Les égarements du cœur, on suit la vie de Marie, de sa naissance à l'âge adulte. À travers des lettres et des extraits de journal intime, on découvre sa vie, ses désirs, ses attentes, ses amours, ses mésaventures, ses illusions mais aussi ses secrets. Mais pas seulement, parce que certaines lettres ne sont pas écrites par elle, ni pour elle, mais par des personnes de son entourage. Et à travers ces aventures, c'est toute une époque qui va être dépeinte.

« Dès que je vis cette adorable personne, mon cœur s'enflamma et je jurai qu'elle serait mienne quoiqu’il put m'en coûter. »

La vie d'une jeune fille du 18e siècle est très différente de la vie d'une jeune fille du 21e siècle. À l'époque, la réputation et le nom d'une famille importait énormément et les jeunes filles devaient être élevée de manière à ne surtout pas faire de vagues. Elles étaient totalement soumises aux hommes : d'abord leurs pères, ensuite leurs maris. Elles étaient considérées comme des mères ou des ménagères et elles devaient se contenter d'une activité domestique. Marie n'échappe pas à cette règle...

Le début de sa vie n'a pas été facile. Sa mère est morte en couche et son père l'a plus ou moins évitée. Elle a été élevée par une nourrice, puis placée dans un couvent pour faire son éducation. À l'âge de 16 ans, considérée comme adulte, elle a pu faire son entrée dans le monde et être présentée comme jeune fille à marier. Dès ses débuts dans la vie parisienne, elle tombe follement amoureuse de Flavio Del Ducco, un gouverneur Corse, mais son père a déjà choisi son futur époux : Loic de Guénédal, fils de Comte.

Marie est un personnage attachant. Vivant à une époque où la femme est, plus ou moins, libre de choisir son époux, on ressent de la peine pour cette jeune fille qui se voit marier à un homme qu'elle ne connaît pas. Et en même temps, elle est jeune, alors son père est-il plus apte à choisir le bon parti ? Elle a tout juste 16 ans et elle vient de sortir du couvant, est-elle capable de faire le bon choix ? Flavio semble parfait pour elle mais l'est-il vraiment ? Elle le découvrira bien assez vite. Ça m'amène au point le plus gênant pour moi dans cette histoire : l'inconstance des sentiments de Marie. C'est un vrai cœur d’artichaut, elle tombe amoureuse très vite ce qui nous donne des moments un peu long sur l'épanchement de ses divers sentiments. Mais ce n'est pas trop dérangeant non plus.

« Combien de fois avions-nous rêvé de ces instants en notre vie de pensionnaires ? L'époux était toujours éclatant de jeunesse et de beauté, galant, honnête, et prêt à témoigner de sa ferveur en jurant un amour éternel... »

C'est une histoire rocambolesque que nous offre Marie-José Aubrycoin avec toutes ces lettres. Marie va vivre des aventures complètement folles. Elle va connaître l'amour, l'espoir, la loyauté, mais aussi la trahison, la manipulation, le mensonge ... La majorité des lettres sont d'elle, mais il y a beaucoup d'autres points de vues, nous fournissant ainsi toutes les informations pour comprendre la globalité de l'histoire. Nous apprenons certaines choses bien avant Marie, mais aussi certaines choses à son insu. Certains personnages cachent bien leurs jeux, et lorsqu'on découvre leurs lettres, on se rend compte que Marie est loin de connaître toute la vérité. 

Contre toute attente, j'ai vraiment passé un excellent moment avec ce livre. Le genre épistolaire est très sympathique, surtout qu'ici c'est très clair. On sait qui parle à qui, on n'est jamais perdu dans les correspondances. Certains passages sont peut-être un peu long, le début notamment, mais la suite est nettement plus fluide. L'histoire se construit doucement, nous offrant plein de péripéties plus ou moins heureuses, mais c'est toujours captivant. Je ne me suis pas ennuyée. Les histoires farfelues de Marie vous tiendrons en haleine ;)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rendez-vous sur Hellocoton !

up